Améliorer son accent en anglais

L’apprentissage d’une nouvelle langue se fait notamment par la construction grammaticale des phrases et le vocabulaire, mais aussi par la prononciation. L’anglais n’y échappe pas, et bien que ce soit une langue qui présente des points communs avec le français, elle a ses petites particularités. Parmi celles-ci, on retrouve certains sons qui n’existent pas dans la langue française, une accentuation différente, des intonations particulières… Toutes ces subtilités rendent la tâche d’autant plus délicate pour qui souhaite apprendre correctement.

Il ne faut néanmoins pas laisser ces différences de prononciation vous effrayer ! Les Français ont tendance à ne pas oser s’exprimer en anglais, et cela en grande partie à cause de leur accent “frenchy”. Et pourtant, en anglais comme dans les autres disciplines, l’entraînement est la clé du succès. Plus on parle, mieux on parle. Mais comment s’entraîner à parler anglais ?

Parler avec un natif

L’idéal est de s’exercer avec un natif. Au-delà des rencontres faites naturellement au gré des hasards de la vie, il est maintenant possible de faire connaissance avec des personnes du monde entier grâce à de nombreux sites et applications dédiés : ConversationExchange, Interpals, HelloTalk, TandemVous pourrez commencer par dialoguer par écrit, puis, si le courant passe, passer au vocal pour améliorer votre compréhension orale ainsi que votre expression orale en anglais. C’est d’ailleurs ainsi que les personnes jouant beaucoup aux jeux vidéos voient leur niveau en anglais s’améliorer, car ils dialoguent régulièrement par écrit et en vocal pour parler stratégie, directement dans le jeu ou via des applications comme Discord.

Restez toutefois vigilant lorsque vous dialoguez avec des inconnus sur internet ; ne donnez pas d’informations sensibles (adresse, carte bancaire, mots de passe…). –

Pour lier l’utile à l’agréable, il est également possible de rejoindre des groupes d’échange qui se focalisent sur un sujet bien précis. Facebook a d’ailleurs ranimé le concept de forums de discussion en permettant de rejoindre des “groupes”. Faites le test par vous-même en tapant dans la barre de recherche de Facebook un mot-clé en anglais relié à l’un de vos centres d’intérêt (“easy recipes”, “minimalist living”, “learning English”…) puis en filtrant pour n’afficher que les groupes. Ce sont souvent des groupes “privés” car il faut que votre inscription soit validée par un modérateur, signifiant en fait tout simplement que vos amis ne verront pas ce que vous publiez sur le groupe si eux-mêmes n’en font pas partie. Ainsi, vous pourrez échanger sur des sujets qui vous intéressent avec d’autres passionnés.

Enfin, pour ceux qui préfèrent le réel au virtuel, de nombreuses associations organisent des “cafés anglais” dans les grandes villes. Le concept est simple : des personnes d’horizons divers se réunissent, le plus souvent dans un café ou un bar, pour discuter en anglais sur leur vie quotidienne ou des sujets plus ciblés. A Clermont-Ferrand par exemple, c’est J-P qui anime cet évènement au café-lecture Les Augustes. Certains sites listent ces évènements de façon nationale (PolyglotClub par exemple), tandis que d’autres permettent de les retrouver par ville (comme sur OnVaSortir, parmi d’autres types d’activités). Et bien entendu, vous pouvez également chercher “café anglais” suivi du nom de votre ville sur votre moteur de recherche favori.

Soyez toujours prudent en cas de rencontre physique. –

Entraîner son oreille

Si vous n’osez pas encore passer le pas des rencontres (virtuelles ou réelles), il existe d’autres solutions pour vous entraîner à mieux parler anglais.

Une étape préliminaire à ne pas minimiser est celle de l’écoute. Votre cerveau doit entendre énormément d’anglais pour être à même d’enregistrer toutes les différences de cette langue par rapport à votre langue natale. Cette étape d’écoute est primordiale, et c’est d’ailleurs pour cette raison que les enfants qui grandissent dans un foyer bilingue deviennent souvent bilingues à leur tour, car la capacité d’assimilation d’une langue est décuplée pendant l’enfance.

Pour cela, je vous conseille encore une fois de choisir des activités qui vous plaisent et de les réaliser en anglais : écouter des podcasts ou la radio, décrypter des paroles de chanson, vous cultiver avec des documentaires, se détendre sur Youtube, regarder des films, dévorer des séries… L’essentiel étant de passer un moment agréable pour que votre cerveau assimile ces instants d’apprentissage à des instants de plaisir. Pour les vidéos, il est recommandé de mettre les sous-titres en anglais afin de faire le lien entre ce qu’on entend et ce qu’on lit, plutôt qu’en français où l’on ne se concentre que sur le texte en français au détriment de l’écoute. Mais il également possible d’aller plus loin grâce à des applications comme Qioz ou Fleex qui ont développé des activités d’apprentissage de l’anglais basées sur des vidéos.

Trouvez des contenus sur des sujets qui vous intéressent pour ne pas vous ennuyer, et ne vous découragez pas si vous ne comprenez pas la totalité de ce que vous écoutez. C’est entièrement normal. D’ailleurs, si vous compreniez tout, cela voudrait dire que vous êtes déjà bilingue !

Mieux comprendre pour mieux parler

Certaines personnes aiment comprendre pourquoi les choses sont difficiles. En anglais, si vous souhaitez en savoir plus sur les difficultés liées à la prononciation, il sera opportun de vous renseigner sur l’alphabet phonétique en premier lieu, puis sur tous les autres aspects de la prononciation.

Et puisqu’il s’agit d’un domaine lié à l’écoute, la meilleure solution est encore une fois d’apprendre avec des supports audio. Pour cela, rien de mieux que la formidable source d’informations qu’est Youtube, où l’on retrouve moult créateurs natifs expliquant chacun à leur façon comment parler anglais. On pourra citer notamment Papa Teach Me, BBC Learning English ou encore English Like a Native.

Vient ensuite le fameux exercice du “Listen and repeat” : lorsque le professeur vous invite à répéter les mots qu’il vient de prononcer, je vous conseille vivement de mettre la vidéo en pause, de vous enregistrer lorsque vous prononcez le mot ou la phrase à répéter (avec le dictaphone installé dans votre téléphone ou avec le micro de votre ordinateur) puis de vous réécouter. Puis comparez avec la vidéo, et répétez jusqu’à ce que votre enregistrement soit identique à la prononciation du professeur. Cet exercice de prononciation alterné avec l’exercice d’écoute est le meilleur moyen de mettre en lumière vos difficultés et donc de pouvoir travailler dessus.

Prendre des cours

Un professeur particulier est un allié de taille pour s’améliorer en anglais, que ce soit sur la prononciation ou sur d’autres aspects tels que la grammaire, l’expression ou le vocabulaire.

Lors de cours particuliers, vous avez l’opportunité de poser toutes les questions qui vous traversent l’esprit et d’obtenir des réponses précises que vous ne pouvez pas obtenir avec des vidéos sur Youtube ou des séries sur Netflix.

En tant que professeur, je vous invite à un challenge : regardez la vidéo “Minimal pairs practice” de Shaw English et faites plusieurs fois cet exercice de “Listen and repeat”. Une fois que vous vous sentez au point sur toutes les paires minimales abordées, faites un dernier enregistrement vocal des mots étudiés, et envoyez-le-moi ! Je vous ferai un retour et je vous donnerai des pistes de travail personnalisées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *